Cette mère allemande de 4 enfants va bientôt mourir. Ses adieux sur Facebook ont touché la nation toute entière.




Nina Zacher est une femme de 46 ans originaire de Munich. Depuis 4 ans, cette mère de quatre enfants souffre d’une maladie neurodégénérative incurable appelée SLA. Mais son combat est bientôt terminé, ses jours sont désormais comptés. Avant de partir, elle a posté une lettre d’adieux sur Facebook pour raconter son histoire et remercier les gens qui l’ont soutenue, ses mots ont ému toute la nation :

Nach den tragischen Veränderungen der letzten Wochen wird das hier wahrscheinlich meine letzte Nachricht sein. Ich bin wirklich täglich auf ein neues überrascht, wie es möglich ist immer noch am Leben zu sein. Ich bin nur noch ein Schatten dessen was und wer ich einmal war und mit nur noch knapp 35 Kilo auf 1, 78 mehr tod als lebändig. Meine Sprache ist bis auf ein unverständliches nicht mehr wahrnehmbares Krächtzen unwiederbringlich verstummt. In der Kommunikation mit mir un

Afficher la suite

« Lorsque vous avez tout perdu, vous devenez la personne la plus sereine au monde »

Voici la publication déchirante :

« Après les quelques changements tragiques traversés au cours des dernières semaines, cette publication sera sûrement ma dernière. Tous les jours, je suis surprise d’être encore en vie. Aujourd’hui, je ne suis plus que l’ombre de celle que j’étais avant, avec mes 35 kg pour mon 1 m 78, j’ai l’air d’être bien plus morte que vivante. Je ne peux plus parler et les seuls sons qui sortent de ma bouche sont des marmonnements inintelligibles. Mes difficultés à m’exprimer et mes besoins, qui sont désormais réduits au stricte minimum, ne font qu’aggraver les choses car personne n’arrive à me comprendre. Lorsque je suis assise, je bouge dans tous les sens et arrive à peine à tenir ma tête droite. Cette douloureuse détérioration est insoutenable et je ne comprends pas comment une chose pareille puisse exister.

« On ne meurt pas facilement »  disait toujours ma mère. Et j’imagine qu’elle avait raison, car la mort est quelque chose qui se gagne. Je le sais à présent. Le chemin entre la prise de conscience que la fin est proche et la « gestion » est long et douloureux. Nous en avons tous entendu parler à un moment donné. Mais nous l’enterrons au fond de nous, car ce n’est pas un sujet facile à aborder lors d’une fête, puis on pense tous que cela « n’arrive qu’aux autres ».

Je me retrouve seule face à ces pensées qui me hantent et je ne peux même pas les partager. C’est effrayant.

          J’envoie tout mon amour, a tous ceux qui pensent à moi chaque jour. Je vous remercie et vous souhaite tout le meilleur.

          Écrire sur cet ordinateur contrôlé par les yeux est difficile et demande beaucoup d’efforts. Je demande donc à ceux qui attendent une réponse aux lettres et messages d’être compréhensifs,                 car je n’ai plus la force de le faire. »

Les mots de cette mère sont extrêmement émouvants. Elle fait preuve de beaucoup de courage.

612a00471d9ea41a53833e269fb25ee0

Nina utilise son histoire, jusqu’à son dernier souffle, afin de faire prendre conscience de cette maladie, la SLA (sclérose latérale amyotrophique) qui mène peu à peu à une paralysie totale des muscles. En France, plus de 800 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, et il n’existe aucun traitement.

Comments

comments