Certains biscuits pour bébé contiennent une substance cancérogène !




Pour la plupart des parents, le fait de donner à leurs enfants en bas âge des aliments fait spécialement pour eux a tendance à les rassurer. Cependant, ils ont désormais intérêt à faire attention, car certains de ces produits pour enfants ne sont pas exempts de reproches ! En effet ces produits contiennent une substance cancérigène et parfois dépassent même le taux autorisé.

Les grandes marques qui produisent des aliments pour bébés ont pour habitude à travers des campagnes publicitaires de garantir la qualité de leurs produits et de rassurer par la même occasion les parents. Cependant ces produits qui possèdent des ingrédients adaptés pour les enfants sont depuis quelque temps pointés du doigt par des associations.

Les biscuits destinés aux enfants contiennent un taux élevé d’acrylamide

Après de nombreuses analyses faites notamment sur les biscuits destinés aux jeunes enfants, il en ressort que ces aliments contiennent des substances pouvant être nocives pour leur santé. C’est le cas par exemple des gâteaux fabriqués par Nestlé « mon 1er P’tit Biscuit ». En effet, ces derniers contiennent 226,1 microgrammes par Kg d’acrylamide. Un taux jugé élevé par le rassemblement de consommateurs SumOfUs, Changing Markets et l’ONG WECF. La valeur limite européenne étant de 200 µg/kg.

Mais encore d’autres produits se trouvent juste en dessous du seuil recommandé : les biscuits bio « Mes 1ers Biscuits Orange » de Picot, (198,3 µg/kg) et les « biscuits junior aux pépites de chocolat » de marque Carrefour (192 µg/kg).

L’acrylamide une substance cancérogène

Le composant en cause est l’acrylamide qui est une substance cancérogène présente dans le pain grillé, le café, les céréales, les gâteaux et les produits frits à base de pomme de terre. C’est ce composant qui donne cette couleur dorée aux aliments. Cependant, selon l’EFSA (European Food Safety Authority), l’acrylamide « accroît potentiellement le risque de développement d’un cancer ».

Les associations qui ont effectué les analyses et qui accusent ces grandes marques pensent que « Les niveaux d’acrylamide causant le cancer peuvent être considérablement limités ». La Commission européenne et les États membres étudient actuellement un projet visant à réglementer la distribution des aliments contenant ce composant.

Source : lepetitbuzz.fr

Comments

comments