Le stress retarde la grossesse et augmente l’infertilité.




Concevoir un bébé est une belle aventure mais quand celui-ci se fait désirer, l’angoisse peut vite faire son apparition au sein du couple. Cet état mental a malheureusement un impact négatif sur la conception. Selon une nouvelle étude américaine*, le stress retarde la grossesse et accroît l’infertilité, soit l’impossibilité de tomber enceinte après un an.

Les chercheurs de l’Ohio State University ont suivi 501 femmes âgées entre 18 et 40 ans, sans problèmes de fertilité connus. Elles ont participé à l’étude pendant un an ou jusqu’à ce qu’elles tombent enceintes. Celles qui possédaient le plus haut taux d’alpha-amylase, un biomarqueur du stress, ont eu 29% de probabilité en moins de faire un enfant et sont également susceptibles de connaître un doublement du risque d’infertilité. Évidemment, le stress n’est pas le seul facteur à prendre en compte en cas d’absence de grossesse.

Certaines font de ce projet une obsession et se mettent ainsi une pression considérable sur les épaules. Le Dr Courtney Denning-Johnson Lynch, la directrice de l’étude, leur conseille de recourir à différentes méthodes pour diminuer leur stress, telles que la relaxation, la méditation, le yoga. Se changer les idées, partir en vacances permet également d’augmenter les chances de connaître un heureux événement….

À bon entendeur…

* Publiée dans la revue Human Reproduction.

Comments

comments