Les femmes qui travaillent trop ont plus de risques d’avoir un cancer ?




Trop travailler est mauvais pour la santé, surtout chez les femmes. Une nouvelle étude vient de démontrer que les femmes qui travaillent au moins 50 heures par semaine voyaient leurs risques de développer un cancer multipliés par trois.

Au-delà de 40 heures de travail par semaine, la santé des femmes se dégrade

Les femmes qui travaillent trop augmentent considérablement leur risque de développer des maladies cardiaques ou des cancers, révèle une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Ohio, aux États-Unis, et récemment publiée dans le Journal of Occupational and Environmental Medicine. Selon cette étude, travailler plus de 60 heures par semaine serait également responsable d’une multiplication par trois des risques de diabète, de troubles cardiaques et d’arthrite.
Pour parvenir à cette conclusion, ces chercheurs ont observé les rythmes de travail de 7 500 personnes sur 32 ans. Ils ont alors remarqué que l’augmentation du risque de déclencher certaines maladies commençait dès que les femmes dépassaient 40 heures de travail par semaine. Ce schéma n’a pas été observé chez les hommes qui, selon les scientifiques, seraient d’ailleurs en meilleure santé lorsqu’ils travaillent beaucoup.

Travailler trop nuit aux performances professionnelles

 « Les femmes – en particulier celles qui doivent jongler entre de multiples rôles – ressentent davantage les effets du travail intensif et cela peut être à l’origine d’une multitude de maladies », explique ainsi le Dr Allard Dembe, professeur de gestion et de politique des services de santé. D’une manière générale, poursuit ce spécialiste, elles ont du mal à partager la responsabilité de leur famille et travailler de longues heures chaque semaine augmente donc davantage leur stress.
De précédentes recherches avaient déjà prouvé que travailler de nombreuses heures chaque jour pouvait être à l’origine d’une augmentation du stress, des troubles du sommeil et de la digestion, ce qui aurait un impact non négligeable sur les performances professionnelles des travailleurs concernés.

Comments

comments