Malvoyant, il retrouve la vue 40 ans plus tard grâce à un œil bionique.




« J’aime voir la nature se réveiller. C’est miraculeux pour moi »

Chaque jour, la technologie avance à grand pas. Qu’on voie ces évolutions d’un bon œil ou pas, force est de constater qu’elles permettent à de nombreuses personnes de surmonter leur handicap. C’est le cas pour John Jameson.

Ce Texan a attrapé il y a 40 ans une infection des yeux – une rétinite pigmentaire – qui l’a rendu fortement malvoyant, quasiment aveugle. Il est d’ailleurs reconnu légalement comme aveugle, ce qui lui a ouvert les portes pour cette procédure révolutionnaire : la greffe d’un implant oculaire bionique.

 

photo-john-jameson-papy-aveugle

C’est la femme de John qui a suivi avec attention les progrès de la science et de la médecine en matière d’yeux bioniques. Ce n’est que depuis quelques mois que les avancées ont été suffisamment concluantes pour que la FDA (Food and Drug Administration) valide une opération de ce genre et les Jameson ont sauté sur l’occasion.

L’autorisation est tombée au début de l’année 2016. La femme de John s’est donc mise en quête de trouver le chirurgien capable de soigner son mari. Et elle l’a trouvé : il s’agit du docteur Christopher Shelby, de Shreveport (Louisiane) ! L’opération a eu lieu au mois d’avril et c’est un véritable succès.

 

Est-ce que ça fonctionne vraiment ?

Le super œil bionique de John est une sorte de feuille d’électrodes fixée à l’œil. Elle fonctionne avec des lunettes « traduisant » le monde extérieur grâce à des flash lumineux.

oeil-john-jameson-bionique

John Jameson avoue avoir vu double pendant quelques jours, le temps que son cerveau se réhabitue à voir avec un implant. Mais aujourd’hui, c’est un homme qui voit et qui apprécie sa chance à sa juste valeur :

Quand je me lève le matin, j’aime voir la nature se réveiller. C’est miraculeux pour moi. J’ouvre les yeux et je suis impatient de découvrir ce que je n’ai pas encore pu voir.

Comme son épouse par exemple, que John n’avait encore jamais pu voir de ses propres yeux.

Comment ne pas aimer la science quand elle se met au service du progrès médical et humain ?

Comments

comments