Ariane Fornia, la fille d’Éric Besson, accuse un ancien ministre d’agression sexuelle !

Récemment, Ariane Fornia a publié un message, dans lequel elle explique qu’un ancien ministre de Mitterrand a passé sa main sous sa jupe…

Le témoignage d’Ariane Fornia a débuté de la manière suivante :

« Cela fait plusieurs jours que j’hésite. Mais moi aussi, #moiaussi, j’ai besoin de vous raconter. »

Ce billet a été publié mercredi dernier sur son blog, et est intitulé « #Moiaussi: pour que la honte change de camp ». Fille d’Eric Besson, elle accuse un ancien ministre d’agression sexuelle.

Le billet a été posté après qu’elle ait raconté deux autres agressions survenues dans sa jeunesse, l’une chez un petit ami, et l’autre dans les transports en commun. À travers ses témoignages, elle cherche à faire comprendre « que ça pouvait arriver à n’importe quelle femme, dans n’importe quelle circonstance ».

D’après le billet, les faits ont eu lieu dans le rang « VIP » de l’Opéra Bastille, où elle adorait aller avec son père. Mais ce soir-là, il n’a pas pu la rejoindre avant l’entracte. Elle raconte :

« Un vieux monsieur à l’air éminemment respectable s’assoit donc à ma droite. Son épouse est à sa droite à lui. J’insiste. Son épouse est là. La représentation commence. Et au bout de dix minutes, le vieux monsieur a sa main sur ma cuisse. Je me dis qu’il doit être très âgé, perturbé. Je le repousse gentiment. Il recommence. Rebelote. Une troisième fois. Il commence à remonter ma jupe. Il glisse sa main à l’intérieur de ma cuisse, remonte vers mon entrejambe »

Elle poursuit :

« J’enlève sa main plus fermement et je pousse un cri d’indignation étouffé, bouche fermée. Tout le monde me regarde. Il arrête. Dix minutes plus tard, il recommence. Je lui plante mes ongles dans la main. C’est un combat silencieux, grotesque, en plein opéra Bastille. Wagner sur scène, le vieux pervers contre la gamine en pantomime dans la salle »

L’entracte arrive, et Ariane Fornia se renseigne alors sur l’identité de son agresseur. Elle découvre alors qu’il s’agit d’un ancien ministre de François Mitterrand, décoré de l’ordre national du mérite. À aucun moment elle cite le nom de celui à qui elle rêve de « mettre une droite depuis huit ans ».

Elle a terminé son témoignage comme ceci :

« s’il se reconnaît et qu’il lui prend l’envie saugrenue de m’attaquer en diffamation, qu’il sache que mon père et son officier de sécurité d’alors pourront témoigner contre lui. Qu’il sache que je le méprise profondément, et que je plains sa femme. »

Source : L’express

Comments

comments