Cinq astuces pour bien manger sans se ruiner.

5- Bien manger à petit prix : donnez une chance aux poissons gras !

Hareng, morue, sardine ou maquereau… les poissons gras ne payent pas de mine et pourtant, leurs conserves renferment des trésors nutritionnels.

La principale force de des poissons gras ? Leur teneur élevée en oméga-3, un acide gras essentiel bon pour le cœur mais aussi pour le cerveau. Cet acide gras est dit essentiel parce qu’il ne peut être synthétisé par l’organisme et doit être apporté par l’alimentation pour que nos cellules fonctionnent correctement.

De nombreuses études ont montré les bénéfices de la consommation de poissons gras. Ils réduiraient non seulement les risques de souffrir de maladies cardiovasculaires, mais aussi de dépression et de la maladie d’Alzheimer.

Mais ce n’est pas tout ! Le hareng et ses comparses constituent une excellente source de vitamines du groupe B, notamment B12 et B3 (ou PP), ainsi que de vitamine D. Ne reste plus qu’à mentionner une concentration élevée en phosphore, fer, sélénium et oligo-éléments pour dresser un portrait nutritionnel complet de ces poissons aux qualités remarquables.

C’est pour ces raisons que l’Anses recommande de consommer du poisson deux fois par semaine en associant si possible un poisson à forte teneur en oméga 3 et un poisson maigre.

Mise en garde : Les poissons crus, fumés ou marinés peuvent contenir des bactéries, des virus et même des parasites que seule la cuisson peut détruire. Il est donc recommandé aux personnes plus susceptibles aux toxi-infections, comme les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes dont le système immunitaire est affaibli, d’éviter de consommer du poisson cru, fumé ou mariné.

Comments

comments